Sans conservateurs : est-ce possible ?

Un pro­duit cos­mé­t­ique non conçu de manière durable ne pour­rait être uti­lisé que pen­dant quel­ques semaines car des micro­or­ga­nismes se mul­ti­p­lie­raient très rapi­de­ment dans la crème. Cela peut se mani­fester par des pro­blèmes de peau accrus et une alté­ra­tion du pro­duit visible ou détec­table par l’odorat. Cela est éga­le­ment le pro­blème des crèmes faites maison.

Le règ­le­ment cos­mé­t­ique euro­péen con­tient une liste de 54 ­sub­stances clas­si­fiées comme con­ser­vateurs. Si un pro­duit cos­mé­t­ique con­tient l’une de ces 54 ­sub­stances, le mes­sage pub­li­ci­taire « sans con­ser­va­teur (chi­mique) » ne peut pas être uti­lisé.

D’autre part, ce mes­sage peut être uti­lisé si la dura­bi­lité d’un pro­duit est liée au con­tenu d’autres sub­stances (chi­mi­ques) qui ne sont pas incluses dans la liste des règ­le­ments cos­mé­t­i­ques. Il existe plu­sieurs manières, comme les exem­ples sui­vants le démon­t­rent :

De hautes con­cen­t­ra­tions de sol­vants chi­mi­ques tels que le pro­py­lène glycol ou le buty­lène glycol peu­vent aug­menter la dura­bi­lité d’un pro­duit. Avec ces dosages bas néc­es­saires en tant que sol­vants, il n’existe aucune objec­tion pour ces sub­stances.

Les hautes con­cen­t­ra­tions de gly­cérine ou d’alcool (INCI : gly­cérine, alcool ou éthanol) ont des pro­priétés de pré­ser­va­tion. Leur incon­vé­nient est leur effet asséchant ou irri­tant si ces sub­stances sont hau­te­ment dosées.

En outre, les hautes con­cen­t­ra­tions de parfum, l'irra­dia­tion ou les tech­ni­ques de chauffe peu­vent allonger la dura­bi­lité d’un pro­duit. La ques­tion à laqu­elle on ne répond pas est : l’effet est-il tou­jours le même, la reconta­mi­na­tion par des germes pourra-t-elle avoir lieu après le rem­p­lis­sage et l’irra­dia­tion d’un pro­duit n’aura-t-elle pas d’effet nocif sur la peau à long terme ?

Dans ce con­texte, la ques­tion de savoir s’il ne serait pas plus appro­prié de pré­server un pro­duit avec de petites quan­tités de con­ser­vateurs sélec­ti­onnés et bien tolérés, même si cela imp­lique de ne plus pou­voir uti­liser le mes­sage douteux « sans con­ser­va­teur (chi­mique) » se pose.

Les pro­duits Belico ont pour objectif d’assurer un soin durable avec un effet maximal et une très haute toléra­bi­lité. Nous pré­ser­vons à l’aide de fai­bles quan­tités de sub­stances sélec­ti­on­nées et bien tolé­rées. C’est la raison pour laqu­elle nous sommes ravis de ne pas uti­liser de mes­sage pub­li­ci­taire hau­te­ment con­te­stable.

Pour pro­téger les prépa­ra­tions Belico contre la ger­mi­na­tion, celles-ci sont pré­ser­vées à l’aide de sub­stances telles que :

le penthy­lène glycol
une sub­stance active hyd­ra­t­ante aux pro­priétés anti­mi­cro­bi­ennes.

l’acide ben­zoïque
un con­ser­va­teur naturel natu­rel­le­ment issu de bleuets et de can­ne­berges, même approuvé pour l’ali­men­ta­tion.

l’acide sor­bique
un con­ser­va­teur naturel pré­sent dans les baies, uti­lisé dans le vin et même approuvé pour l’ali­men­ta­tion.

la gly­cérine d’ethyl­hexyl
une sub­stance active nour­ris­sante aux qua­lités anti­bac­tér­i­ennes.